Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mois Après Mois

10 octobre 2009 6 10 /10 /octobre /2009 12:00



De sa fourrure blonde et brune
Sort un parfum si doux, qu'un soir
J'en fus embaumé pour l'avoir
Caressé une fois, rien qu'une.

C'est l'esprit familier du lieu ;
Il juge, il préside, il inspire
Toutes choses dans son empire ;
Peut-être est-il fée, est-il Dieu ?

Quand mes yeux, vers ce chat que j'aime
Tirés comme par un aimant,
Se retournent docilement
Et que je regarde en moi-même,

Je vois avec étonnement
Le feu de ses prunelles pâles,
Clairs fanaux, vivantes opâles,
Qui me contemplent fixement.

Charles Baudelaire,
Les Fleurs du Mal, 1857.

Partager cet article

Repost 0
Published by Perfecta - dans Paroles de poètes
commenter cet article

commentaires

Laëtitia S. 18/10/2009 19:37



Très beau poème ! Et, vive les chats ! Si affectueux et indépendants en même temps.



Perfecta 18/10/2009 21:39


Merci pour ta visite...


croc 13/10/2009 14:20


 ce poème a toujours été parmi mes favoris.... j'avais perdu l'adresse de ton blog, que je suis contente de l'avoir retrouvé ! bises


Perfecta 15/10/2009 06:59


Je suis ravie de te revoir aussi !


Tatiana 12/10/2009 17:06



Bonjour Perfecta ,
J'aime beaucoup les oésies en général et j'admire ces gens qui savent faire  écrire de si beles phrases .
Bon début de semaine et gros bisous.



Aurore 12/10/2009 01:29


Tout ayant été écrit, je n'ai plus que le MIAOUUUUUU de fin de journée ou plutôt début de semaine (décalage horaire)


Perfecta 15/10/2009 06:43





Veronique Brosseau 11/10/2009 12:28


petite boule ! tout mignon !